L’économie chinoise va-t-elle sombrer dans la crise ?

Lentement, à force de rigueur, de travail et d’abnégation, la chine est parvenue à se hisser au sommet de l’économie mondiale dont elle est la toute première puissance. Pourtant, elle affronte aujourd’hui une crise pour le moins surprenante. Comment un tel modèle économique cité comme un authentique exemple de solidité en est-il arrivé là ? Le présent article se propose de vous faire découvrir dans le détail, les raisons de cette crise et se penchera également sur les approches de solution pouvant permettre d’en venir à bout.

Crise en Chine : où se situent les responsabilités ?

Pour établir la genèse de la crise économique qui sévit actuellement en Chine, il faut remonter à 2008. Comme vous le savez sans doute, cette date se rapporte à celle de la dernière crise économique mondiale qui est partie des USA. C’est cette dernière qui a négativement impacté l’économie chinoise et occasionné la situation à laquelle nous assistons aujourd’hui. En clair, ce n’est pas la Chine qui est entrée en crise, mais plutôt la crise qui s’est introduite en Chine. Ce faisant, elle a révélé les failles d’un système dont la solidité semblait purement et simplement inébranlable. Mais comment les excès du système américain en sont-ils venus à affecter la Chine ? C’est là une question que vous pourriez légitimement vous poser. Il se trouve que la Chine avait pris l’habitude d’acheter un certain nombre de produits mis sur le marché par les américains, notamment des bons de trésors. Ces derniers servaient à assurer le financement de la consommation chinoise. Par la suite, on a assisté à un accroissement soudain des taux interbancaires. Ces derniers étant habituellement compris entre 2% et 4%, se sont étrangement retrouvés à 13%. Si pour le profane, un tel phénomène ne signifie probablement rien, une personne qui s’y connait un peu en économie arrive à déterminer à quel point cela peut s’avérer dangereux pour le système bancaire d’une nation. En effet, la hausse des taux interbancaires est révélatrice des difficultés de financements auxquelles sont confrontées les banques au moment de s’octroyer des prêts. Ceci a pour conséquence d’entrainer un ralentissement notable de l’activité économique, voire même la faillite des banques. L’investissement et la consommation peuvent notamment s’en trouver bloqués. Pour atténuer la portée de la hausse des taux interbancaires, les autorités en charge du système monétaire se sont dépêchées d’injecter la coquette somme de 8,2 milliards au sein du système financier, ce qui a en quelque sorte permis de sauver les meubles. Mais une question subsiste en dépit de tout, qu’est-ce qui a bien pu entrainer la hausse des taux interbancaires en Chine ?

Cette dernière résulte de la prolifération des prêts. Généralement effectués à court terme, ces derniers avaient pour finalité de financer des produits certes porteurs, mais dont les retombées se situaient beaucoup trop dans le long terme. Répondant à la dénomination de « shadow banking », ce type de financement a permis de pallier à l’incapacité d’obtenir des financements de la part des banques. Une alternative plutôt viable, seriez-vous tentés de penser ! Seulement, il se trouve que ce « shadow banking » a pris des proportions beaucoup trop grandes, allant même jusqu’à constituer 20% du PIB chinois, ce qui n’est pas banal. Dans un tel contexte, l’économie chinoise ne pouvait que connaitre quelques problèmes, notamment du fait de l’instabilité caractéristique de ce type de financement. En gros, la crise chinoise est en fait caractérisée par un manque criard de fonds propres. Mais quelles peuvent être les conséquences de la crise économique à laquelle est confrontée la Chine ?

 

Crise en Chine : quelles conséquences ?

Comme vous pouvez vous en douter, une crise économique de ce type ne peut pas rester sans conséquence, c’est un fait. Les risques encourus par la Chine pourraient non seulement s’appliquer aux entreprises, mais également aux ménages. Pour les uns comme pour les autres de ces acteurs de l’économie, on pourrait assister à une réduction de l’offre de crédit. En outre, il est à craindre un important risque d’explosion sociale. En effet, une des conséquences de la crise pourrait être l’accroissement exponentiel du taux de chômage. Si cela venait à se produire, la pilule aurait beaucoup de mal à passer au niveau des populations, ce qui pourrait entrainer de forts risques d’instabilité.

Or, dites vous bien que si du fait du problème économique auquel est confronté la Chine, une instabilité venait à survenir, les impacts s’étendraient bien au-delà des frontières chinoises. On risquerait d’assister à une nouvelle crise économique mondiale. Une telle perspective est loin d’être rassurante, surtout lorsque l’on sait que les économistes pensent à la survenue d’une crise économique mondiale au printemps 2015. Le monde peut d’hors et déjà se mettre à trembler et croiser les doits afin que des solutions rapides et concrètes soient apportées à ce problème économique que traverse la Chine. Mais justement, le problème auquel est confronté la Chine est-il passager ?

Crise en Chine : un phénomène passager ?

Eût égard aux problèmes que traverse la Chine, il est tout à fait légitime de se demander si la situation est passagère ou si au contraire, la crise économique est partie pour durer. Si les motifs d’inquiétude, notamment ceux exposés ci-dessus sont bien réels, les motifs d’espoir ne sont pas négligeables non plus. En effet, le premier élément qui incite à l’optimisme est le taux d’épargne du pays. Particulièrement élevé, il est révélateur de la faiblesse de l’endettement au niveau des ménages, ce qui constitue un premier point positif à bien des égards dans l’optique de la résolution de cette crise économique. Outre ce premier point, il convient de rappeler un détail, et non des moindres : la fameuse dette chinoise n’existe pas vis-à-vis d’une monnaie étrangère. Les possibilités de sortie de crise sont donc bien réelles, mais il convient de rester prudent, car malgré tous ces motifs d’espoir, l’économie chinoise n’est pas tirée d’affaire pour autant. Quelles sont alors les approches de solutions auxquelles on peut penser pour venir à bout de ce problème ?

Crise en Chine : quelles approches de solutions

L’autre question qui est sur toutes les lèvres est de savoir comment la Chine parviendra à se tirer de cette crise économique. Pour envisager des solutions de sortie de crise, il convient de mettre le doigt sur ce qui de l’avis de beaucoup, est à la base de cette crise économique que connait la Chine : le manque de fonds propres. Comment donc la Chine peut-elle remédier à cette situation ? La réponse est étonnante de simplicité et implique tout simplement que la consommation intérieure soit renforcée. Cela impliquerait un déstocke de l’épargne par les chinois, ce qui n’est pas vraiment gagné quand on prend en considération le fait que les chinois font en sorte de conserver suffisamment de liquidité pour faire face aux urgences. Pourtant, il est impératif que la mayonnaise prenne. En effet, il se trouve que l’augmentation de la consommation intérieure serait fortement salutaire pour l’économie chinoise dans la mesure où cela aboutirait à accroitre la quantité de fonds propres dont dispose la chine.

Avec suffisamment de fonds propres à sa disposition, la Chine parviendrait à réduire de façon considérable, les taux d’intérêts si préjudiciables à son économie. En somme, c’est l’intégralité du système économique chinois qui en sortirait gagnant, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Pendant de longues années, la Chine a basé sa croissance sur un endettement assez important. Il importe à présent que le pays dispose de fonds propres, lesquels aideront le marché boursier à fonctionner convenablement.

Hormis toutes ces dispositions, il est également très important pour l’économie chinoise, que la production soit relancée, notamment celle haut de gamme. Pourquoi ? Simplement parce que cette forme de production est celle qui apporte véritablement des bénéfices, ou de la valeur ajoutée si vous préférez. Précisons également qu’une hausse conséquente des importations ne ferait aucun mal à la Chine. Ces dernières s’imposent pour que l’économie reprenne son envol. Pourtant, certains restent prudents par rapport à ce dernier point. C’est notamment le cas de Michael Pettis, un professeur de finance travaillant à l’université de Pékin. Pour lui, la Chine pourrait conduire l’économie mondiale vers le chaos si elle procédait à des exportations effrénées dans la mesure où ses produits se trouveraient en concurrence avec des produits étrangers. Pour lui, la meilleure solution devrait être une entente commune au niveau des nations afin que lesdites exportations se passent sans heurts.

Conclusion

La crise entrée en Chine a lentement mais surement fait basculer le pays dans l’instabilité économique. Le shadow banking, cette forme de financement parallèle qui met à mal le système bancaire ainsi que le manque de capitaux propres, sont les plus grands problèmes auxquels le pays est confronté. D’importants efforts sont toutefois entrepris afin que le pays ne sombre pas totalement dans le chaos. L’Etat s’est ainsi activement impliqué afin de réduire la hausse des taux interbancaires née du shadow banking, mais il reste encore beaucoup à faire pour que le redressement économique soit total. En attendant, c’est l’économie mondiale toute entière qui retient son souffle, car une crise encore plus grande en chine aurait d’incroyables conséquences.

 

 

 

 

 

 

2 Comments on “L’économie chinoise va-t-elle sombrer dans la crise ?

  1. Fab H

    Merci pour toutes ces infos, voici une bonne lecture. J’ai appris différentes choses en vous lisant, merci à vous. Bonne journée à tout le monde ! Fabienne Huillet neonmag.fr

  2. Elsa M

    Voilà donc un bon article, bien passionnant. J’ai beaucoup aimé et n’hésiterai pas à le recommander, c’est pas mal du tout ! Elsa Mondriet / june.fr

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *